Profitez avec votre Airbnb pendant le COP21

La COP21 est bienvenue pour une hôtellerie parisienne affectée par une chute de fréquentation consécutive aux attaques terroristes du vendredi 13 novembre.

Plus de 200 hôtels sont mobilisés pour accueillir les participants de la COP21. Airbnb en profite aussi!

A ce stade, on attend globalement quelque 40.000 personnes, dont 20.000 à 25.000 accréditées. Reste à savoir si l’affluence sera effective pendant les treize jours de cette manifestation planétaire.

Chez Airbnb, on note ainsi « une hausse significative des réservations dans les zones proches du Bourget et sur la période de la COP21 par rapport à la hausse qui s’applique à l’ensemble de Paris, avec une croissance supérieure de 25 % dans le 20e et de 100 % en Seine-Saint-Denis ».
 

SOURCe: Les ECHOS

Keep calm and attract tourists

Le tourisme souffre déjà des conséquences des attaques terroristes. Les hôtels et restaurants voient les annulations se multiplier.

C'est évident, les attaques du 13 Novembre pèsent et vont peser sur le tourisme (quelque 8 % du PIB) et donc sur l'hôtellerie. Pour des raisons de sécurité, de nombreux salons et réunions ont été annulés.

Mais les précédents sont plutôt rassurants quant à l'impact macroéconomique global des attentats. Malgré les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher en janvier, l'économie française a fortement rebondi de 0,7 % sur les trois premiers mois de l'année avant de stagner totalement d'avril à juin.

Chez Airbnb également, on estime "un peu tôt" pour faire un point sur la situation, alors que Paris est la ville numéro 1 pour le site de location d'appartements. "Nous avons le coeur brisé et nos pensées sont avec les Parisiens, les victimes de ce terrible attentat et leurs familles", a dit le patron d'Airbnb, Brian Chesky, dans un message posté sur son compte Twitter.

SOURCES: Le Point et BFMTV

Location court-terme profite à Paris

«L'impact économique de Airbnb sur l'économie française s'élève à 2,5 milliards d'euros sur un an. Il s'agit de retombées économiques directes, avec l'argent gagné par les hôtes, et indirectes, qui correspondent aux dépenses faites durant le séjour, comme les restaurants ou les commerces de bouche par exemple», explique à l'AFP Nicolas Ferrari, directeur France chez Airbnb. 

L'étude dévoilée par Airbnb (www.airbnb.fr) prend en compte à la fois les revenus gagnés par les hôtes et les dépenses des voyageurs durant leur séjour. La France est son deuxième marché après les États-Unis.

À Paris, ville la plus visitée par les voyageurs Airbnb, 1,3 million de personnes y ont séjourné durant la période couverte par l'étude, ce qui représente 218 millions d'euros de revenus pour les hôtes parisiens et une dépense globale de 980 millions d'euros dans la ville. La durée moyenne de séjour est de 4,2 nuitées, contre 2,3 nuitées pour les voyageurs qui séjournent dans un hôtel, poursuit l'étude.

SOURCE: Le Figaro